Soult & Wellington

dans les Pyrénées - 1813-1814

 

Princi Negue Editor

210 pages - 2004

 

"Soult & Wellington dans les Pyrénées"

C'est l'histoire de la lente et douloureuse retraite de l'Armée française des Pyrénées abandonnée par l'Empereur qui consacre toute son énergie aux préparatifs de la campagne de France, en 1814.

Quarante mille hommes, mal armés et sans souliers, se battent avec un acharnement féroce et une bravoure inouïe pour la défense du sol national, à La Nivelle, La Nive, Saint-Pierre-d'Irube, Orthez, Aire-sur-l'Adour, Maubourguet, Vic-en-Bigorre, Tarbes et Toulouse. L'auteur fait un récit détaillé de toutes ces batailles à partir de documents du Service Historique de l'Armée de Terre, des Archives Municipales de Tarbes et Départementales des Hautes-Pyrénées et de cartes qu'il a tracées.

Jour après jour, le lecteur suit la lente progression des forces ennemies, commandées par le feld-maréchal, sir Arthur Wellington, à la poursuite du maréchal Jean de Dieu Soult, duc de Dalmatie : "Le meilleur manœuvrier de l'Europe".

Cette nouvelle étude sur la Guerre d'Indépendance d'Espagne répercute l'écho de la campagne militaire sur la vie quotidienne des habitants des départements traversés. Les décisions des préfets des Hautes-Pyrénées et des maires de Tarbes, la vie patriotique des Haut-Pyrénéens, l'accueil et les soins aux blessés et prisonniers rapatriés sur Tarbes, Rabastens-de-Bigorre ou Vic-en-Bigorre et l'occupation alliée de Tarbes et des Hautes-Pyrénées, pendant la première Restauration et les Cent-Jours, tissent la toile de fond de cet ouvrage.

Morceaux choisis :

Le 8 mars, à Rabastens de Bigorre, dans une proclamation du maréchal Soult, duc de Dalmatie, Lt-Général de l'Empereur, à l'Armée :
 

"Si les populations des départements des Landes, du Gers et des Basses-Pyrénées étaient animées d'un meilleur esprit, ce serait le moment de faire beaucoup de mal à l'ennemi en enlevant ses convois et ses prisonniers ; mais elles paraissent plus disposées à favoriser les Alliés qu'à seconder les Français. Ce n'est qu'avec peine que l'on peut obtenir les moindres moyens de transport et je ne serais pas surpris d'ici à peu de temps de voir les habitants prendre les armes contre nous".

 
Le 10 mars, à Tarbes, Soult confie au préfet des Hautes-Pyrénées Joseph Charles d'Arbaud, marquis de Jouques :
 

"J'ai cru changer de climat en entrant dans votre département".

 

De Martres-Tolosane, le 22 mars 1814, le maréchal écrit à Henri Clarke, duc de Feltre, ministre de la Guerre :

"Il est bien urgent que l'armée se rapproche de Toulouse pour y recevoir des effets d'habillement et surtout des souliers dont elle éprouve le plus pressant besoin, ainsi que pour y déposer des malades, des blessés et des éclopés qui sont à sa suite. Aujourd'hui, j'ai été effrayé de la quantité d'hommes qui manquent entièrement de souliers. Si je n'en trouvai pas à Toulouse, je serais très embarassé. Depuis hier, le temps est très mauvais et nous occasionne des pertes, soit par les maladies, soit par la désertion des conscrits qui nous restaient. Une légion des Hautes-Pyrénées, forte de 600 hommes, qui était employée à la garde du parc, est entière-ment dissoute ; ce matin il n'y restait que 30 hommes, les autres sont rentrés chez eux".

On sent poindre un sentiment d'amertume et de lassitude dans le courrier du maréchal qui décrit l'inexorable fatalité qui s'abat sur l'armée des Pyrénées :
 
"L'humidité ambiante pénètre les constitutions les plus robustes et les marches forcées de la retraite se succèdent sur un terrain toujours aussi vallonné, boueux, incertain. Et que dire de ces légionnaires Haut-Pyrénéens, si fidèles à ce pays où la désertion est si courante ? À leur tour, décimés par la maladie et le découragement, ils rentrent chez eux, un par un."
 

 

 

Résumé de la campagne dans :

 
 

 

Espagne-Campagne des Pyrénées

 
 

et

 

http://www.histofig.com/

 

 

Claude LARRONDE

a écrit plusieurs livres dont les thèmes concernent les Haut-Pyrénéens.

Né à Bayonne, à Lahubiague, quartier populaire de Marrac, sa jeunesse a longuement contemplé et interrogé les murailles du château où l'Empereur Napoléon Ier a séjourné, au printemps de 1808.

Si vous voulez commander l'ouvrage chez l'auteur :

format : 22 x 17 cm - 210 pages cartes batailles couleur,

Prix : 31,20 E

(TTC)

port France métropolitaine compris

Et la biographie

de

J.B Guindey  

format : 22 x 17 cm - 90 pages - peintures et illustrations en couleur

de Detaille, Zix, Wilke, Myrbach, Titeux, Knötel, Blondieau,

provenant de la Bibliothèque des Hussards, au Musée Massey de Tarbes.

Prix : 20,20 E

(TTC)  

 Et tous ses ouvrages
d'histoire locale

Claude Larronde 

 à commander chez

l'auteur

Page précédente
Haut
Page suivante